Technofish

Mode découverte: Aiguebelette et St Pierre de Boeuf

17 Septembre 2014 , Rédigé par Draghost Publié dans #Récits

Hello todos,

Bon ça y est pour Aiguebelette, j'ai fais le pas et j'ai entrainé avec moi quelques membres du FUK afin de rendre la sortie plus agréable. Les membres qui vont m'accompagner seront Johannès, Jocelyn, Robin, David et Hugo (ce dernier finira par nous rejoindre en milieu de matinée)

Il s'agit du lac alpin le moins venté et le plus chaud de la région, sa superficie de 545 ha permet une pêche à "dimension humaine"... J'entends par là qu'avec une petite barque et un bon moteur électrique, on est capable de pêcher le lac en une journée.

Pour rappel le droit de pêche à la journée est de 10€, la navigation est réglementé aussi pour 2014, il faudra débourser auprès de la CCLA:

- 2€ pour un kayak/float tube

- 3€ une barque

- 5€ une barque électrique

Le départ est donné à 5h15 de Tassin-la-Demi-Lune pour David et moi-même... aïe aïe ça pique les yeux! Après 1h15 de route, on arrive à la mise à l'eau de Lépin mais celle-ci est fermé par un portail! Pourtant le site indique bien 3 mises à l'eau... Après un échange par mail avec l'AAPPMA (J.SCHNEIDER) il s'avère que le site a été fermé pour des raisons de sécurité.

La mise à l’eau du port d’Aiguebelette est la plus pratique, n'oublier pas le code auprès du CCLA

La mise à l’eau du port d’Aiguebelette est la plus pratique, n'oublier pas le code auprès du CCLA

On finira par atterrir au port d'Aiguebelette, point initial du RDV... dommage car avec les float tubes je misais la pêche autour des îles le matin puis direction le port l'après midi.

Cette fois on arrive sur le parking et c'est la préparation pour tout le monde:

- David découvre le float tube assisté par Johannès

Ahhhhh! le plaisir du gonflage ;)

Ahhhhh! le plaisir du gonflage ;)

- Robin et Jocelyn, les juniors du forum... quel plaisir de pêcher avec eux tellement ils sont passionnés et talentueux!

Les jeunes en préparationLes jeunes en préparation

Les jeunes en préparation

- pour moi, ça sera le mini pneu avec le Torqeedo... vroom vroom!

Petit zod bien pratique et rapide à mettre en place!
Petit zod bien pratique et rapide à mettre en place!Petit zod bien pratique et rapide à mettre en place!

Petit zod bien pratique et rapide à mettre en place!

On va attaquer la pêche dès la sortie du port avec de belles roselières... mais qui sont protégées par des piquets.

On peigne tous ensemble avec des leurres divers et variés (SG 3D Trout rattle shad, Spread shad, Spinner, Frog, Colonel Bonito Zombie, Fat Rockvibe, etc.)
Les jeunes et Jojo jouent la carte de la polyvalence entre zones profondes et zones de nénuphars en bordure.
David peine avec le float, il débute et on l’emmène faire plus de 2km sur un alpin... respect!

Je reçois un appel et Hugo viens nous rejoindre, cool! Pour ma part je vais tenter les brochets sur les cassures ou les fonds entre 5 et 10m et c'est au niveau du camping Mont Grèle qu'un spécimen d'environ 60cm viendra suivre mon Spread dans à peine 1,5m d'eau... mais celui-ci ne reviendra pas...

Je recherche des algues mais la seule espèce qui viendra titiller mes leurres est une plante: le potamot crépu.
On se rapproche du bord et on arrive sur une belle zone de nénuphar et Jojo touche un bec au spinner qui décroche aussitôt
Hugo opte aussi pour un spinner et déclenche un sifflet d'une 40aine de cm...

Hugo avec un broc au spinner!Hugo avec un broc au spinner!

Hugo avec un broc au spinner!

Hélas il se dépique aussi... Aïe

Jocelyn attiré aussi par ce secteur envahi de nénuphar, sort son arme ultime... LA FROG! Et oui, ce leurre de surface qu'on utilise si peu! Après quelques tirés, c'est l'attaque en surface... toujours un régal pour les yeux et cette fois, Jocelyn sortira le fish!

Bravo Jocelyn!Bravo Jocelyn!

Bravo Jocelyn!

Par la suite c'est pause casse croûte vers Lépin et un vent frais s'est levé, brrrr!

On se sépare:
- moi attaquant le sud de l'île
- Hugo, David et Jocelyn la partie Est
- Jojo et Robin scrutant les roseaux de la berge en direction de la mise à l'eau de Lépin

Mais le vent m'empêchait de pêcher correctement et la seule option pour moi était de pêcher dans le secteur de l'île protégé du vent... mais sans succès hélas! La fatigue commençait à gagner les floatubeurs mais c'est surtout le moral qui prenait un coup: une session à 6 pour 1 poisson à peine maillé, c'est maigre.
L'équipe capitulera vers 16h pour la séance de rangement...

Un site inconnu, une pêche non familière, le rêve d'un gros brochet alpin... c'est pas encore pour aujourd'hui, qu'est-ce que c'est dur!

Après l’enchaînement des capots sur les alpins (Nantua, Laffrey, Aiguebelette !!!), je décide de revenir pêcher le Rhône mais toujours loin de mes spots habituels. C'est à St Pierre de Bœuf dans la Loire que j'irais tremper mes leurres sur un plan d'eau artificiel de 18 ha env. caractérisé par la présence de casiers Girardon et d'une magnifique cascade qui vient se jeter dans le Vieux Rhône. Secteur que je connaissais juste pour m'y être arrêté sans jamais le pêcher, ma technique sera donc de faire une rapide prospection en power fishing tout en visualisant l'écho pour mémoriser le profil du plan d'eau.

Découverte du lieu
Découverte du lieuDécouverte du lieu

Découverte du lieu

Je commence à déballer le matos pendant que mon nouveau joujou gonfle le pneumatique: le gonfleur portatif BST Bravo 12 HP... 2min par chambre, c'est luxe!

Top le gonfleur électriqueTop le gonfleur électrique

Top le gonfleur électrique

Le plan d'eau étant partagé avec les kayaks et autres touristes, je décide d'attaquer la berge la plus fréquentée en premier afin d'éviter la foule par la suite. Cette berge "côté Isère" présente une pente douce avec pas mal de plantes en épis (myriophylle) atteignant souvent la surface. Cette configuration peu pratique pour la navigation est un biotope rêvé pour les brochets de fleuve: quasi pas de courant, les myriophylles offrent un poste de chasse ainsi qu'un garde-manger.

Le vent étant léger et du nord, j'attaque ma prospection d'abord aux spinners/texans sur les zones denses en plantes puis aux gros shads par la suite. La prospection est efficace, je dérive à moins de 1km/h et la pêche aux texans attirent moult petites perches voir même des gros gardons curieux... mais pas un signe de brochet. La profondeur moyenne dans le secteur est de 2m mais si on s'éloigne plus au centre du plan d'eau on constate un fond variant de 5m à 6,50m!

J'arrive vers une zone assez dégagée et un arbre surplombant l'eau m'inspire, je troc mon Giant Jerky J Swim par un Spread Shad coloris BW en 15cm. 1er lancer je ramène en linéaire à vitesse moyenne... et à 2m de moi, une fusée vient suivre et fracasser le leurre sans se piquer...MINCE. Il est retourné vers l'arbre mais je ne l'aperçois plus, je lance en éventail mais sans succès. Tant pis, je continue jusqu'à la cascade et je reviendrais dans le sens du retour.

A 150m du seuil autorisé (dangereux avec la cascade) se dessine une superbe configuration pour le carnassier, une pente douce qui "casse" à partir de 2,50m pour offrir une cuvette de 5m env. Les myriophylles parsèment la pente plus sensible au soleil et disparaissent progressivement dans la cuvette, du coup ça sera pêche en mode verres polarisantes le long du cassant... une pêche que j'adore! Pas moins de 10 min après c'est la touche! Cette fois ce brochet à la robe de panthère est bien piqué, il file vers les plantes pour se tanker mais j'arrache les myriophylles sans difficulté pour m'emparer du coquin.

Magnifique robe ce petit brochet, proche de certains becs du Grand Large

Magnifique robe ce petit brochet, proche de certains becs du Grand Large

Je relâche le bec pour longer la cuvette lorsque j'aperçois un floatubeur mettre à l'eau. Je décide de partir rejoindre le pêcheur pour parler un peu du plan d'eau lorsque je repasse devant la strike zone avec l'arbre surplombant. Je relance dans la même zone avec le même Spread Shad et c'est la touche dès les premiers centimètres! Je le combat dans 1m d'eau et il m'offre une jolie "danse" parmi la végétation et les gerbes d'eau qui vont avec! Mister Esox finira vaincu ou presque... alors que je maintenais le brochet d'une main contre le pneumatique pour chercher le mètre, celui-ci a gesticulé violemment lui rendant sa liberté prématurément :( Bien plus gros que le précédent, je l'estimais à 70-75cm, j'ai l'impression de revivre l'ouverture de Jean-Luc l'excellent administrateur/pêcheur du site "pechenokill.com". Je fini par rejoindre l'autre floatubeur, celui-ci pêchait au Bass Assassin Turbo Shad, un mec bien sympathique qui m'a donné pas mal d'information sur la pêche dans le secteur.

La pêche jusqu'à 12h ne donnera plus rien avec un soleil bien chaud, c'est le moment de partir car mon estomac réclamait pitance.

Par la suite je testerais l'aval de la chute mais sans résultat, du coup je décide de retourner pêcher le plan d'eau mais tout au nord! Le secteur est bien plus régulier que la partie au sud avec un fond uniforme, peu profond et très envahi par les amas de plantes.

Pour traverser le plan d'eau interdit aux thermiques, le Torqeedo est un pur bonheurPour traverser le plan d'eau interdit aux thermiques, le Torqeedo est un pur bonheur

Pour traverser le plan d'eau interdit aux thermiques, le Torqeedo est un pur bonheur

Il est 15h30 et il me reste encore une bonne heure de pêche avant de retourner sur Lyon pour éviter les bouchons. La zone est vraiment difficile à moteur et je décide de m'arrêter à 50m de la berge pour pêcher. C'est au texan avec un Castaic Giant Jerky J Swim, couleur Ayu que j’entreprends de prospecter le secteur et grand bien m'en a pris car un brochet venu de nulle part est venu happer le leurre quelques minutes après mon arrivé, ferrage dans les règles et pose pour la photo!

Quand le soleil sape le moral, une touche est vraiment bienvenue!Quand le soleil sape le moral, une touche est vraiment bienvenue!

Quand le soleil sape le moral, une touche est vraiment bienvenue!

Vous l'aurez compris, la découverte de nouveaux spots est très difficile pour le moral, on découvre tout en essayant de pêcher en même temps... mais pour peu que notre façon de pêcher ne colle pas ou bien que les poissons ne soient pas coopératifs, ben c'est capot.

Heureusement parfois, le sens de l'eau, la technicité et la chance arrive à changer la donne!

Merci de m'avoir lu!

A+

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pavince 20/10/2014 15:41

Salut et merci pour ces récits toujours très complets.
Haaa les lacs de montagne, c'est vraiment pas facile comme pêche.
St Pierre, on y est passé, grâce à ton post, c'était moins l'inconnu mais on a pas bénéficier de bonnes conditions... ++

Draghost 21/10/2014 23:34

Salut Vince, dommage mais à la pêche on est tellement dépendant des poissons... Trop simple s'ils mordaient tout le temps !